5/19/2019

UAE calls for Arab unity at 'critical' time after tanker attacks

https://www.reuters.com/article/us-saudi-oil-emirates-tanker-ministry/uae-calls-for-arab-unity-at-critical-time-after-tanker-attacks-idUSKCN1SO0RU


DUBAI (Reuters) - The United Arab Emirates said on Sunday that “critical circumstances” in the region require a united Gulf Arab and Arab stand, amid heightened tensions with Iran following last week’s attacks on oil tankers off the coast of the UAE.
A foreign ministry statement published on state news agency WAM welcomed a call by Saudi Arabia’s King Salman to convene emergency summits in Mecca to discuss implications of the tanker attacks and a strike two days later on oil installations in the kingdom.
Reporting by Ali Abdelaty in Cairo; Writing by Ghaida Ghantous; editing by Diane Craft


5/17/2019

Aria, Men, Hawks, by Serena Galvani, ed. A.R.I.E

https://www.arie-italia.it/pubblicazioni/aria-uomini-falchi.html
https://www.youtube.com/watch?v=UypTWg17pmQ


Ed. A.R.I.E
Aria, Men, Hawks
by Serena Galvani






ARIA, UOMINI, FALCHI " is a photographic volume (to the second reprint) of Serena Galvani, a photographer, sailor and entrepreneur from Bologna, which contains timeless images related to Falconry, declared in 2010 Cultural Heritage of Humanity by UNESCO and since 2016 also from Italy.

The idea of ​​the book "ARIA, UOMINI, FALCHI" was born from the passion of Serena Galvani for this ancient world.
"I read a book about Frederick II, the one who brought falconry from East to West, and I became curious. - tells Serena Galvani - In the countryside with a friend who has two hawks, I tried to relate to them and it was a wonderful experience. The bird of prey is a King. And so I started taking pictures of falconer gatherings and I learned about this almost esoteric art. "
The book is born from the photographs taken during several years of  Falconry gatherings, from which images were born enhanced by the expressive power of  black and white that unfold in a story never articulated by the time in which the themes are embodied in the proud looks of men and birds of prey that merge with each other, in sails and wings that together seek the wind, in rugged landscapes with remote medieval towers where the subjects cross the past, so as to return to the viewer a memory that carries within it the signs of distant ancestors. Air, sky and water suggest the path to freedom, where AIR is the dominant element that drives the sails but also the flight of the hawks.


"With photography I express the motions and passions of the soul - says Galvani - It is the communication of that eloquent freedom that extends into the mind and dreams ... It exists in the infinite movement, as well as life."

Aria, Uomini e Falchi is also an exhibition that arrived in Malta after a series of stops around the world (Italian Embassy in Kuwait, Melfi). A permanent exhibition set up in the Verdala palace, an ancient building of the Maltese Baroque built in 1588, which dominates the whole island and is the summer residence of the President of the Republic, inaugurated on the occasion of the ancient ceremony of the Maltese Falcon by the President of the Republic of Malta to the King of Spain, in memory of the ancient "tribute of the Maltese falcon" which was established in 1530, when King Charles I of Spain ceded the sovereignty of the island to the Knights of Saint John for having settled there and having contributed to maintaining security in the Mediterranean.





Bio

After many years dedicated to naturalistic photography, Serena Galvani from January 2012 to July 2014 followed, as a professional photographer, the story of the Costa Concordia, collaborating with the major nautical magazines in the sector and, exclusively with the Headline ‘FARE VELA Magazine’. As a photographer, she has also collaborated, since 2013, with the major Italian Falconry associations and with multiple magazines in the sector.
In 1998 he founded A.R.I.E. (Association for the Recovery of Vintage Boats) with which it contributes to the preservation of boats of historical value and of national nautical heritage and has approved in 2003 by the Italian Parliament a section of the Law according to which boats of historical value are considered in effect 'cultural heritage'. Among the important restorations carried out by the Association, we recall that of the 'Leone di Caprera' (boat unique in the world, 1880), carried out with the collaboration of the Guardia di Finanza, today at the National Museum of Science and Technology "Leonardo da Vinci" of Milan.



5/13/2019

Bahrain PM calls Qatar emir in rare contact amid Gulf dispute


https://www.aljazeera.com/news/2019/05/bahrain-pm-calls-qatar-emir-rare-contact-gulf-dispute-190507054913074.html

State-run Bahraini news agency describes the phone call as 'restricted' to Ramadan greetings.



Bahrain's long-serving prime minister has called Qatar's emir to mark the start of the holy month of Ramadan in a rare contact between Doha and the countries boycotting it.
Bahrain's state-run news agency acknowledged the call between Prince Khalifa bin Salman Al Khalifa and Qatar's Emir, Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, in a report early on Tuesday.
It described the call as "restricted" to Ramadan greetings, and according to Bahrain's cabinet affairs minister, it "does not represent the official position of the Kingdom of Bahrain and will not affect its commitments with Saudi Arabia, UAE and Egypt on the implementation of what Qatar has committed to in 2013 and 2014 and the just demands that had followed".
Since June 2017, Bahrain, Egypt, the United Arab Emirates and Saudi Arabia have imposed a diplomatic and commercial embargo on Qatar, accusing the latter of "supporting terrorism".
Doha, for its part, strenuously denies the claim, describing the ongoing embargo as a violation of international law.
On Monday, the UAE released a Qatari naval vessel and four sailors it had seized nearly a week earlier.
In its statement on Monday, Qatar's Foreign Ministry expressed satisfaction over the vessel's release.
"The ship was conducting a routine drill when it encountered a technical problem and was swept into Emirati waters, where it and its crew were seized by the Emirati authorities," the statement read.
"Qatar has worked in recent days, through all available diplomatic channels and with mediation by friendly states, to secure the safe return of the vessel and crew," it added.

5/03/2019

Four Saudi women activists freed pending trial, say campaigners

https://www.aljazeera.com/news/2019/05/saudi-women-activists-freed-pending-trial-campaigners-190502193727318.html

Unconfirmed reports suggest a fifth women's rights activist may have also been temporarily released pending trial.

Saudi Arabia has released at least four more detained female activists pending trial, campaigners said, bringing the total number of women provisionally freed to seven.
"Hatoon al-Fassi, Amal al-Harbi, Maysaa al-Manea, and Abeer Namankani were temporarily released," London-based rights group ALQST said on Twitter on Thursday, adding there were unconfirmed reports about the release of a fifth activist.
Another campaigner close to the families of 11 women on trial told the AFP news agency that five women had been temporarily released.
There was no immediate comment from Saudi authorities.
The activists, some of whom have accused interrogators of sexual abuse and torture during nearly a year in custody, face charges that include contact with foreign media, diplomats and human rights groups.
Three of them - activist Aziza al-Yousef, blogger Eman al-Nafjan and preacher Rokaya al-Mohareb - were granted temporary release in late March.
Riyadh has faced pressure from Western governments to release the women, most of whom were detained last summer in a wide-ranging crackdown against activists just before the historic lifting of a decades-long ban on female motorists.

Renewed crackdown

But last month, Saudi Arabia mounted a fresh crackdown that sent shock waves through the kingdom.
Authorities arrested at least nine writers and academics, including two US citizens, in an apparent crackdown on supporters of the female activists on trial, campaigners said.
It marked the first major crackdown since the brutal murder of journalist Jamal Khashoggi inside the Saudi consulate in Istanbul last October, which sparked unprecedented international scrutiny of the kingdom's human rights record.
The siblings of activist Loujain al-Hathloul - one of the prominent detainees who was not among those freed on Thursday - have said they were being pressured by people close to the Saudi state to stay silent over her treatment in detention. 
Hathloul was among the women who claimed to be tortured and sexually harassed in detention.
Saudi prosecutors have roundly rejected the accusation in the ongoing trial.

Classement mondial de la liberté de la presse 2019 : la mécanique de la peur

https://rsf.org/fr/classement-mondial-de-la-liberte-de-la-presse-2019-la-mecanique-de-la-peur


L’édition 2019 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) montre que la haine des journalistes a dégénéré en violence, laquelle est facteur d’une montée de la peur. Le nombre de pays considérés comme sûrs, où les journalistes peuvent exercer leur métier en toute sécurité, continue de se réduire, tandis que les régimes autoritaires renforcent leur emprise sur les médias.

Le Classement RSF, qui évalue chaque année la situation du journalisme dans 180 pays et VOIR LA CARTE 2019ICIterritoires, révèle le déclenchement d’une mécanique de la peur très préjudiciable à l’exercice serein du journalisme. L’hostilité à l’encontre des journalistes, voire la haine relayée dans nombre de pays par des dirigeants politiques, a fini par susciter des passages à l’acte plus graves et plus fréquents, qui provoquent un accroissement des dangers et, de ce fait, un niveau de peur inédit dans certains endroits.

« Si le débat politique glisse subrepticement ou manifestement vers une ambiance de guerre civile, où les journalistes font figure de victimes expiatoires, les modèles démocratiques sont en grand danger, explique Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.Enrayer cette mécanique de la peur est une urgence absolue pour les femmes et les hommes de bonne volonté, attachés aux libertés acquises au long de l’histoire. »

Au Classement 2019, la Norvège conserve pour la troisième année consécutive sa place de premier, tandis que la Finlande (+2) retrouve sa deuxième position, au détriment des Pays-Bas (4e, -1), où deux reporters spécialistes du crime organisé sont contraints de vivre sous protection policière permanente. La recrudescence du cyberharcèlement a fait perdre une place à la Suède (3e). Au titre des bonnes nouvelles sur le continent africain, l’Ethiopie (110e, +40) et la Gambie (92e, +30) progressent significativement.  

Plusieurs régimes autoritaires perdent des places au Classement. C’est le cas du Venezuela (148e, -5), où les journalistes ont été confrontés aux arrestations et violences infligées par les forces de l’ordre. Et de la Russie (149e, -1), où le Kremlin a accentué la pression contre internet et les médias indépendants, à coup d’arrestations, de perquisitions arbitraires et de lois liberticides. Le Vietnam (176e), talonné par la Chine (177e, -1), perd également une place. Dans la Corne de l’Afrique, l’Erythrée atteint l’antépénultième place (178e, +1), malgré la pacification de ses relations avec l’Ethiopie, tandis que le Turkménistan (180e, - 2) est désormais dernier, à la place de la Corée du Nord (179e, +1).

Seulement 24% des 180 pays et territoires affichent une situation “bonne” (zone blanche) ou “plutôt bonne” (zone jaune) contre 26% l’année dernière. Les Etats-Unis (48e), où un climat toujours plus hostile s’est installé au-delà des propos de Donald Trump, perdent trois places en 2019 et basculent dans la zone orange, ce qui signale une situation problématique. Jamais les journalistes américains n’avaient fait l’objet d’autant de menaces de mort. Ils n’avaient jamais non plus autant sollicité d’entreprises privées pour assurer leur sécurité. La détestation des médias est telle que, dans le Maryland, un homme a délibérément ouvert le feu dans la rédaction du quotidien local d’Annapolis, The Capital Gazette, faisant cinq morts. Avant de passer à l’acte, le tueur avait abondamment partagé sa haine du journal sur les réseaux sociaux.


Menaces, insultes et agressions font désormais partie des “risques du métier” de journaliste dans de nombreux pays. En Inde (140e, -2), où ceux qui critiquent l’idéologie nationaliste hindoue sont qualifiés d’éléments ”anti-indiens” dans le cadre de campagnes de cyberharcèlement, six journalistes ont été assassinés en 2018. Au Brésil (105e, -3), depuis la campagne électorale, la presse est devenue une cible pour les partisans de Jair Bolsonaro, tant sur le terrain virtuel que physique.

Le courage des journalistes d’investigation traqués


Dans ce climat d’hostilité généralisée, il faut du courage pour continuer à enquêter sur la corruption, l’évasion fiscale ou le crime organisé. En Italie (43e, +3), le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a envisagé de remettre en question la protection policière du journaliste Roberto Saviano à la suite de ses critiques contre le dirigeant de la Ligue, tandis qu’un peu partout dans le monde et notamment en Algérie (141e, -5) ou en Croatie (64e, +5), médias et journalistes sont confrontés à un harcèlement judiciaire croissant.


Les procédures bâillons engagées contre les journalistes d’investigation en France ou à Malte (77e, -12) visent à les épuiser financièrement, voire à les conduire en prison, comme en Pologne (59e, -1), où les journalistes du quotidien Gazeta Wyborcza sont menacés de peines d’emprisonnement pour avoir mis en cause le dirigeant au pouvoir dans une affaire de construction douteuse. C’est aussi le cas en Bulgarie (111e), où deux journalistes indépendants ont été placés en détention alors qu’ils enquêtaient depuis plusieurs mois sur des détournements de fonds européens. En plus des pressions judiciaires, les journalistes d’investigation sont la cible d’intimidations multiformes dès lors que leur travail lève le voile sur des pratiques ou des affaires véreuses. La maison de l’un d’entre eux a été incendiée en Serbie (90e, -14), et d’autres ont été froidement éliminés, comme cela a été le cas à Malte, en Slovaquie (35e, -8), au Mexique (144e, +3) ou encore au Ghana (27e, -4).

La traque des journalistes qui gênent les pouvoirs en place semble ne plus avoir de limite. Le meurtre sordide de l’éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi, commis de sang-froid au sein du consulat en Turquie en octobre dernier, a envoyé un message glaçant aux journalistes bien au-delà des frontières du seul royaume d’Arabie saoudite (172e, -3). Par peur pour leur vie, nombre de journalistes de la région pratiquent l’autocensure ou ont tout simplement cessé d’écrire.


Les plus fortes dégradations affectent des régions en principe vertueuses



Cette année, c’est la zone Amérique du Nord et du Sud qui enregistre la plus grande dégradation de son score régional (+3,6%). Ce mauvais résultat n’est pas seulement dû aux piètres performances des Etats-Unis, du Brésil et du Venezuela. Le Nicaragua (114e), qui dévisse de 24 places, subit l’une des baisses les plus significatives en 2019. Les journalistes nicaraguayens qui couvrent les manifestations anti-gouvernement Ortega, considérés comme des opposants, sont fréquemment agressés. Nombre d’entre eux ont été contraints à l’exil pour éviter d’être accusés de terrorisme et jetés en prison. Le continent abrite aussi l’un des pays les plus meurtriers, le Mexique, où au moins dix journalistes ont été assassinés en 2018. Même si l’arrivée au pouvoir du président Andrés Manuel López Obrador a quelque peu apaisé les relations entre les pouvoirs publics et la presse mexicaine, X la permanence des violences et de l’impunité des assassinats perpétrés contre les journalistes a par ailleurs conduit RSF à saisir, en mars dernier, la Cour pénale internationale (CPI).

L’Union européenne et les Balkans enregistrent la deuxième plus forte dégradation du Classement  (+1,7%). Dans cette zone qui reste celle où la liberté de la presse est la mieux respectée et qui est en principe la plus sûre, les journalistes doivent aujourd’hui faire face aux pires menaces : le meurtre à Malte, en Slovaquie et en Bulgarie (111e), des attaques verbales et physiques notamment en Serbie ou au Monténégro (104e, -1), ou un niveau inédit de violences lors des manifestations de “gilets jaunes” en France (32e, +1) - au point que nombre d’équipes de télévision n’osent plus afficher leur logo ni couvrir les manifestations sans être accompagnées de gardes du corps. La stigmatisation des journalistes s’affiche aussi désormais de façon décomplexée : en Hongrie (87e, -14), les responsables du parti de Viktor Orban refusent de répondre aux questions des journalistes qui ne travailleraient pas pour des médias considérés comme des “amis du Fidesz”. En Pologne, ce sont les médias publics transformés en instruments de propagande qui permettent, de façon de plus en plus intensive, d’exercer des pressions sur les journalistes.

En dépit d’une dégradation moins importante cette année de son indice régional, la zone Moyen-Orient et Afrique du Nord reste celle où il est le plus difficile et le plus dangereux pour les journalistes d’exercer leur profession. Même si le nombre de journalistes tués en 2018 en Syrie (174e, +3) a légèrement diminué, le pays, tout comme le Yémen (168e, -1) reste extrêmement dangereux pour eux. Au-delà des guerres et des crises profondes comme en Libye (162e), un autre grand danger plane sur les journalistes de la région : l’arrestation arbitraire et l’emprisonnement. L’Iran (170e, -6) est l’une des plus grandes prisons de journalistes au monde. Des dizaines d’entre eux croupissent également derrière les barreaux en Arabie saoudite, en Egypte (163e, -2) et au Bahreïn (167e, -1) sans forcément avoir été jugés. Et quand ils le sont, comme au Maroc (135e), ils sont confrontés à des procédures interminables. Dans ce sombre tableau, seule la Tunisie fait figure d’exception (72e, +25) et enregistre une baisse notable du nombre d’exactions.

L’Afrique enregistre la plus faible dégradation régionale de l’édition 2019 du Classement mais aussi certaines des plus fortes évolutions de l’année écoulée. Un changement de régime a permis à l’Ethiopie (110e) de vider ses prisons des journalistes et de faire un bond spectaculaire de 40 places. C’est aussi une alternance politique qui a permis à la Gambie (92e, +30) d’afficher l’une des hausses les plus importantes du Classement. Les changements de pouvoir sur le continent ne profitent toutefois pas tous aux journalistes. En Tanzanie (118e, -25e), l’arrivée depuis 2015 du président John Magufuli, surnommé “le Bulldozer”, s’est accompagnée d’attaques sans précédent contre la presse. Autre baisse significative : la Mauritanie (94e, -22) où le blogueur Mohamed Cheikh Ould Mohamed Mkhaïtir, initialement condamné à mort pour apostasie avant d’être déclaré libérable, est maintenu en détention dans un lieu secret depuis plus d’un an et demi. Continent des contrastes, l’Afrique est aussi celui de la continuité du côté du pire : la République démocratique du Congo (RDC), qui se maintient à la 154e place, est le pays d’Afrique où RSF a enregistré le plus d’exactions en 2018, tandis que la Somalie (164e) reste le pays de la région le plus meurtrier pour les journalistes.

Malgré des évolutions nationales inhabituellement contrastées et une légère amélioration de son indice régional, la zone Europe de l’Est et Asie centrale conserve, année après année son avant-dernière place dans le Classement. C’est dans cette région que l’indicateur qui évalue la qualité du cadre légal est le plus dégradé. Plus de la moitié des pays de la zone pointent toujours autour ou derrière la 150e place. Les deux poids lourds de la région, la Russie et la Turquie (157e), persistent à réprimer la presse indépendante. Plus grande prison pour les professionnels des médias, la Turquie est le seul pays au monde à avoir poursuivi une journaliste pour ses enquêtes sur les “Paradise Papers”. Dans cette partie du monde où tout est largement figé, les hausses sont rares et méritent d’être signalées. L’Ouzbékistan (160e, + 5), qui a libéré les derniers journalistes emprisonnés sous la dictature de feu Islam Karimov, quitte la zone “noire”, qui indique les situations le plus critiques. L’Arménie (61e, +19) dont la “révolution de velours” a permis de desserrer l’emprise du pouvoir sur l’audiovisuel, fait de son côté un bond d’autant plus important qu’elle est située dans la zone volatile du Classement.

Propagande totalitaire, censure et intimidations, violences physiques et cyberharcèlement : l’Asie-Pacifique concentre tous les maux qui entravent l’exercice du journalisme et affiche cette année un indice régional stable qui la maintient dans les plus mauvaises places. Le nombre de journalistes assassinés a été particulièrement élevé en Afghanistan (121e), en Inde et au Pakistan (142e, -3). La désinformation devient aussi un véritable fléau régional. En Birmanie, l’instrumentalisation des réseaux sociaux a contribué à banaliser les messages de haine anti-rohingyas et à normaliser le fait que deux journalistes de Reuters se retrouvent condamnés à sept de prison pour avoir tenté d’enquêter sur le génocide dont est victime cette communauté. Sous l’influence croissante de la Chine, la censure se répand à Singapour (151e) ou au Cambodge (143e, -1). Dans cet environnement difficile, les 22 places gagnées par la Malaisie (123e) et les Maldives (98e) illustrent à quel point les alternances politiques peuvent radicalement changer l’environnement de travail des journalistes et de quelle façon l’écosystème politique d’un État influence directement la situation de la liberté de la presse.

3 May 2019, World Press Freedom Day

Nessuna descrizione della foto disponibile.